Influenceur

Gotaga se souvient de la première sponso de Diablox9 : «Il s’est fait déchirer»

Dans l’émission Open World, Gotaga, Doigby, Sofyan et Seb ont évoqué les sponsorings, rappelant le douloureux exemple de Diablox9.

Si les parrainages sur YouTube et Twitch sont devenus à l’ordre du jour, certains ont dû subir de lourds échecs dans une époque qui les voyait d’un très mauvais œil. Parmi eux, Diablox9, qui s’est associé à Battlefield et qui a fait face à de nombreuses critiques de sa communauté mais aussi de ses pairs. « Dans notre jeu, le premier à faire ça a été Diablox9, rappelait Gotaga lors de l’émission Open World. Il a déchiré. Cependant, la première opération qu’il a faite était Battlefield, un jeu auquel il jouait tout le temps. Et d’ajouter : « Si des téléspectateurs, ses camarades YouTubers, ils l’ont tous arnaqué. »

Gotaga : « Les gens ne se rendent pas compte du prix derrière ça »

Une mentalité qui a dû évoluer au fil des années chez les vidéastes eux-mêmes. « Avant, je n’étais pas très à l’aise d’imposer tout le temps des parrainages aux gens, », déclare Seb. Parce que c’était l’époque, c’était encore moins accepté ». Désormais, la plupart de ses vidéos sont accompagnées de parrainages, ce qui lui permet de financer son équipe, explique-t-il. Gotaga précise également que la redevance perçue sur une vidéo sert généralement à financer des projets qui prendront forme plus tard.

Plus : Gotaga parle du drame Squeezie/Cyprien : « Il y a des affaires dans le coin »

« Par exemple, la vidéo qu’on a faite avec Squeezie (ndlr « Faisons les plus grandes peurs de l’humanité »), je suis choqué par le budget derrière, ajoute Gotaga. Il n’y a pas de #publicité derrière. Ce sont les choses qu’il fait en premier, en amont, sur sa chaîne secondaire qui le font payer. Mais les gens ne réalisent pas le prix derrière ce type de vidéo. Une façon d’expliquer en toute transparence comment financer des projets plus ambitieux et, surtout, comment certains vidéastes qui ont connu plusieurs générations de YouTube ont appris à se sentir à l’aise avec les parrainages.

Aussi : Joueur du Grenier : « YouTube est une plateforme destinée à mourir dans les années à venir »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page