Influenceur

Le prix de Flore remporté par Joffrine Donnadieu

Avec huit voix contre quatre pour Emma Becker, l’écrivaine de 32 ans a été sacrée pour Chienne et louve, un roman dans lequel une jeune femme doit gagner sa vie en faisant un strip-tease afin de devenir actrice.

Esprit de Saint-Germain es-tu là ? On peut regretter ce qui fut pendant plus d’un siècle le quartier le plus littéraire de Paris, et plus précisément ce demi-hectare d’asphalte et de vieilles façades, encadré par la brasserie Lipp, que Beauvoir appelait la « Lipperie », les Deux Magots, et la Café de Flore. Quelques hectares infestés par les ombres d’Apollinaire, des surréalistes dissidents et intransigeants, celles de Sartre, Greco, Cioran.

Il Flore, en fait, nous y retournons. A la fin du siècle dernier, le prix du même nom a été créé pour donner un nouveau souffle à ce quartier, désormais voué à la friperie ou au luxe clinquant. Que leurs initiateurs soient remerciés. C’était l’époque où la librairie La Hune offrait le meilleur de la littérature. Aujourd’hui La Hune a disparu, mais les Flore Loufiats, autrefois chantés par Léo Malet, sont toujours là, accueillant même les fans américains de la série Emily in Paris avec leur légendaire sourire. Beigbeder et ses onze acolytes de Flore le savent. Et hier, encore, ils ont fait preuve d’originalité et de courage, attribuant Chienne et louve de Joffrine Donnadieu, le préférant, à quelques voix près, aux confessions obscènes d’Emma Becker.
Chienne et louve : une histoire, directe et monotone, autobiographique, menée à la première personne, et où le sexe est ici moins ostentatoire. C’est que Romy, la jeune protagoniste, passionnée de théâtre, et débarquée de sa Lorraine, travaille comme effeuilleuse à Pigalle. Elle est recueillie par une vieille dame pieuse, Odette, qui lui loue une chambre dans le 9e arrondissement. De cette confrontation entre le patron du bar de pole dance et l’adorateur de Marie naîtra une relation étrange, mêlée de fascination et d’addiction. Ce qu’on appelle une « influence mutuelle », qui durera trois ans, comme l’amour. Joffrine Donnadieu en a fait 350 pages, ce qui a enchanté le jury de Flore, qui lui remettra un chèque de 6 150 euros.
Gossip a déclaré que le prix de Flore honorait les deuxièmes couteaux, l’accusant même de futilité ou de provocation. Rien de plus faux, le jury n’a jamais payé le superflu. Tout au plus a-t-il couronné, pour la deuxième année consécutive, un deuxième roman, après celui d’Abel Quentin, en 2021.

Précisions, pour le lecteur curieux des mœurs parisiennes : Odette avait chanté dans la chorale de Notre-Dame de Lorette, et surnommée Romy, « Zoline ». Cette même Romy, originaire de Toul, est la fille d’un caissier et d’un militaire qui boit sans soif, d’où une enfance qu’on imagine difficile. Ajoutons que ses copines strip-teaseuses du Pussy club s’appellent Kiki Gun et Zora Swing. Ce qui est bien plus élégant que le « Castor » « Zazie » ou le « Grand Zoa ». Et c’est comme ça que Saint-Germain est génial.

L’obtention de cette distinction confirme l’excellente saison de Gallimard et des autres maisons du groupe Madrigall, qui ont également remporté les prix Goncourt, Médicis, Landerneau et le Grand Prix du roman de l’Académie française.

VOIR AUSSI – Le prix Renaudot 2022 est décerné à Simon Liberati pour son roman « Performance »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page